QUE DU BONHEUR


 
AccueilAnnuairesCalendrierGalerieFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion
+++++ Désormais, solidari chti est un forum ouvert à toutes et à tous. La nouvelle barre d'outils solidarichti est arrivée , soutenez le forum. Votre participation est bienvenue et pour bien suivre votre forum, il y a avantage de vous inscrire : Vous obtiendrez un réel suivis des nouveautés. Toujours gratuitement. N'hésitez pas. +++++

Partagez | 
 

 No languache traditionnel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
audomar62
Admin
Admin


Age : 69

MessageSujet: No languache traditionnel   Mar 23 Nov - 15:05




Quelle surprise , et oui je quitte pour quelques jours mes villes et villages Picard, vous me direz qu'il n'y pas encore beaucoup de villes eh bien cela tien à des problémes de suivi et d'informations qui me sont parfois refusées, mais je continue mes recherches, quand je commence quelque chose je mets un point d'honneur à le faire.Arrêtons le verbiage ici, pour venir encore et encore venir dire que le Ch'ti ou Picard sont bien un langage.Voilà j'ai trouvé pas hasard les lignes qu'a tracé Guy Dubois,qui par son écrit me conforte dans mes pensées et dans ce que j'ai pu écrire, il site bien des auteurs du XII et XIIIe siécle , qui sont sur le forum ainsi que d'autre , depuis le début de l'aventure "Solidarichti " comme le dit si bien un ami commun "Que du bonheur".

Quand je lis les propos sur notre langage ou parlache, qu'il y a encore parmis nous des gens qui dénigre notre passé, notre présent, quand au futur? Je ne suis pas un érudit mais je suis un
défenseur de notre PATOIS je m'efforce à faire comprendre que l'origine de notre langage , si l'on s'en tient à ce dit Guy Dubois le ch'ti serait à l'origine du vieux français.
Alors pourquoi le "Corse " le "Breton " "l'occitan" "l'Alsacien" ont le droit de citer comme langue vivante
et que notre "Parlache " n'y aurait pas droit, sommes nous plus vulgaire que ceux du Sud de la Bretagne ou de l'Est, ou se trouve la vulgarité ? Chez nous non je n'y crois pas, elle est peut être chez ces Messieurs et Dames qui par leur comportement et leur soi disant parler Français , rigolent et montrent du doigt ceux qui de nos jours parlent le langage que nos anciens parlaient de façon courrante , tout cela pour nous rappeler que notre langage est encore sensible, alors soyons et donnons l'exemple ,parlons le Picard le Ch'ti comme nos anciens, soyons parmis les premiers à utiliser notre parlache , osons oui osons passé la tête haute en parlant notre languache
Si rinte pas tout seu, In va l'faire rintrer dins vos caboches no languache traditionnel !
On laiche pérler chés giens pis aboéyer chés tchiens.

Je cite Guy Dubois il ne serait pas covenable de ne pas vous donnez la lecture de son texte


La langue de chez nous !

Il est navrant de constater que les ch’tis trouvent jolis le parler de la Provence ou les traditions bretonnes et que les Gens du Nord, eux-mêmes, sont les premiers à dénigrer leur langage traditionnel.

Il est normal d’admettre que des élèves étudient leur langue régionale jusqu’au baccalauréat , en Corse ou en Occitanie, mais nous restons indifférents à la transmission de la nôtre à nos enfants.
Pourtant la langue picarde est très ancienne et mérite davantage d’attention.

C’est du latin (venu à pied du fond des âges , dit notre troubadour d’Outre-Quiévrain, Julos Beaucarne) parlé par les envahisseurs romains de Jules César, prononcé par des Gaulois et des Francs, qui connaît ses lettres de noblesse au Moyen-Age. C’est en cette langue romane , dont le domaine linguistique s’étend du Nord de Paris au Sud de Bruxelles, que sont racontées les croisades ou la Guerre de Cent ans, ou les amours des trouvères.

Les premiers auteurs français ont écrit en picard : Adam de la Halle, et Jean Bodel d’Arras, Froissart de Valenciennes, Philippe de Commynes, Guy de Ponthieu, Graindon de Douai, Conon de Béthune, Guy de cambrai, Jacquemars Giélée de Lille, Girard d’Amiens, Robert de Clari, Bertelai de Laon, Gerbert de Montreuil, Raoul de Houdenc, Gauthier de Tournai, et bien d’autres encore.

Leur érudition et leurs écrits abrités dans les abbayes et les musées, comme la Cantilène de Sainte Eulalie considérée comme un des premiers textes picards ( an 800) ,conservée à la Bibliothèque de Valenciennes, donnent à notre langage un rayonnement considérable. Il est chanté à la Cour de France, dans les châteaux et jusqu’en Italie. C’est principalement de cette langue qu’est issue la langue française naissante imposée par François 1er dans l’Edit de Villers-Cotterets
en 1539.

Malgré de nombreux combats pour l’ anéantir ( Abbé Grégoire pendant la Révolution de 1789, Jules Ferry et les hussards noirs de la République à partir de 1882…), notre vieux langage a toujours été écrit par de bons auteurs : citons Hector Crinon, Edouard David, Alexandre Desrousseaux, Ernest Heren, Léopold Simons, Jules Watteeuw, Géo Libbrecht…

Il vient d’être mis à l’honneur par des ambassadeurs tels que Renaud ou Dany Boon.

Il s’est transmis jusqu’à nos jours et il n’a jamais été tant parlé, chanté et écrit dans tout le domaine linguistique picard qui comprend de nombreuses variantes suivant les habitudes locales, avec des accents de terroir différents et si caractéristiques, mais où l’on se comprend « tertous ». Il suffit, pour démontrer sa vitalité , d’observer le nombre croissant de troupes de théâtre, d’associations, de groupes de chanteurs, de bardes, de troubadours, d’écrivains régionaux , de manifestations (messes de Noël en ch’ti, célébrations de Sainte-Barbe…).

José Ambre est écouté sur les ondes de France Bleu Nord mais l’on n’y entend pas nos chanteurs Simon Colliez et Patrick Collon . Guy Dubois assure une rubrique régulière consacrée à notre «parlache» dans La Voix du Nord . Seule la chaîne de France 3 Nord-Pas de Calais ne respecte pas la charte des télévisions régionales qui doit donner un temps à la langue de la région. Bref, pas beaucoup de monde pour clamer qu’il est temps d’abandonner les vieux préjugés.

Notre langue n’est pas vulgaire- il n’y a pas de langue vulgaire, il y a des gens vulgaires. Notre langue n’est pas du français déformé , puisqu’elle existait avant !

Elle conserve en elle les traces de l’ Histoire de notre région. On y trouve des similitudes avec le latin (glaine :galina, capieau : caput, toudis :toujours), l’espagnol (païelle : paëlla, agosil : algazil) , l’anglais (arlouquer : to look, l’gaïolle : gaol, eun’ mape : marble) ,l’allemand (dringuelle :dink gelt), le flamand (zièpe : zeep), témoignages des longues périodes pendant lesquelles notre pays était envahi , ou du riche commerce qu’il entretenait avec les voisins.

Nous possédons un héritage à sauvegarder et à transmettre.

Guy Dubois




Dernière édition par webmaster le Mer 24 Nov - 8:48, édité 1 fois (Raison : excellentissime; merci René)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.solidarichti.com
 

No languache traditionnel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
QUE DU BONHEUR  :: contradiction patoisante ichi :: Origine du PATOIS , notre ch'ti-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit