QUE DU BONHEUR


 
AccueilAnnuairesCalendrierGalerieFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion
+++++ Désormais, solidari chti est un forum ouvert à toutes et à tous. La nouvelle barre d'outils solidarichti est arrivée , soutenez le forum. Votre participation est bienvenue et pour bien suivre votre forum, il y a avantage de vous inscrire : Vous obtiendrez un réel suivis des nouveautés. Toujours gratuitement. N'hésitez pas. +++++

Partagez | 
 

 Charles de Gaulle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
audomar62
Admin
Admin


Age : 69

MessageSujet: Charles de Gaulle   Mar 9 Nov - 22:02





Sa jeunesse.


1890 :

22 novembre. Naissance à Lille de Charles, André, Joseph-Marie de Gaulle, troisième des cinq enfants de Henri, Charles, Alexandre de Gaulle, professeur de lettres, et de Jeanne, Caroline, Marie Maillot.


Octobre 1900 à juin 1909 :

Études secondaires à l’Immaculée-Conception de Paris Vaugirard en section Latin-Grec et au collège d’Anthoing (Belgique). Préparation au concours de Saint-Cyr au collège Stanislas à Paris.

Octobre 1909 à octobre 1910

Reçu à l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, il effectue l’année préalable de service obligatoire au 33ème régiment d’infanterie à Arras.

Octobre 1910 à septembre 1912 :

École spéciale militaire de Saint-Cyr. Octobre 1912, promu sous-lieutenant, il est affecté de nouveau au 33ème régiment d’infanterie.

La guerre 14 - 18 et l'entre-deux guerres.

Août 1914, novembre 1918

Blessé à trois reprises, la dernière fois devant le village de Douaumont, et fait prisonnier, le capitaine de Gaulle tente cinq évasions. Il est envoyé en représailles au fort IX d’Ingolstadt, sur le Danube.

Avril 1919 à janvier 1921.

Détaché comme chef de bataillon par intérim à l’armée polonaise, il fait campagne contre l’armée rouge, principalement sur la Vistule.

1921

6 avril, Mariage avec Mlle Yvonne Vendroux à Calais. 28 décembre, naissance à Paris de son fils aîné Philippe.

Mai 1922 à octobre 1923

École supérieure de guerre.

1924

1er mars. Publication de son premier livre « La discorde chez l’ennemi » - Éditions Berger-Levrault.

15 mai. Naissance à Paris de sa fille Élisabeth.

Juin. De Gaulle à l'école supérieure de la guerre (fin d'étude)

1925

1er juillet. Détaché à l’État-major du Maréchal Pétain, alors vice-président du Conseil Supérieur de la Guerre.

1926

5 octobre Nouvelle affectation à l’État-major de l’Armée Française du Rhin.

1927

Il prend le commandement du 19ème bataillon de chasseurs de l’Armée du Rhin, à Trèves.

1928

1er janvier. Naissance de son 3ème enfant, Anne, qui sera infirme.

1929

Octobre. Mis à la disposition du Général commandant les troupes du Levant à Beyrouth (Liban) comme chef du 2ème Bureau (renseignements) et du 3ème Bureau (Opérations)

1931[/b

Novembre. Nomination à la 3ème section du secrétariat général de la Défense Nationale à Paris.

[b]1932


22 juillet.Publications aux éditions Berger-Levrault du « Fil de l’épée » qui reprend quatre de ses conférences prononcées précédemment à l’École Supérieure de Guerre en 1927.

1933

25 décembre Promu au grade de Lieutenant-colonel.

1934

5 mai.Publication aux éditions Berger-Levrault de « Vers l’armée de métier » .qui préconise la constitution d’un « corps de manœuvre cuirassé » et qui reprend son article du même titre, paru dans la « Revue Politique et Parlementaire » un an auparavant.

Juin, acquisition de « La Boisserie », propriété située à Colombey-les-Deux-Églises (Haute-Marne).

19 décembre. Promu Officier de la Légion d’honneur.

1936

7 mars.Réoccupation par les troupes d’Hitler de la zone démilitarisée de la Rhénanie.

16 avril. Fonctions au secrétariat général de la Défense nationale et chargé de cours au Centre des hautes études militaires pour la période 1936-1937.

1937

13 juillet. Affectation au 507e régiment de chars dont il prend le commandement, promu au grade de colonel le 25 décembre.

1938

11 mars. Entrée des troupes allemandes en Autriche.

27 septembre. Publication de « La France et son Armée » (Éditions Berger-Levrault).

La guerre 39 - 45

1939

2 septembre. Nommé commandant des chars de la 5e armée dans la Région Lorraine-Alsace.

3 septembre. La Grande-Bretagne et la France déclarent la guerre à l’Allemagne qui vient d’envahir la Pologne.

1940

19 mars. Daladier démissionne et est remplacé, le 21 mars, par Paul Raynaud.

10 mai. Offensive générale des armées allemandes contre la Hollande, la Belgique et la France.

17 au 30 mai. De Gaulle prend le commandement de la 4e division cuirassée en formation depuis le 26 avril, puis contre-attaque l’ennemi avec succès et le refoule à Abbeville.

1er juin. Promotion au grade de Général.

5 juin. Nommé sous-secrétaire d’État à la défense nationale et à la guerre

16 juin. Formation à Bordeaux du Gouvernement du Maréchal Pétain.

17 juin. Le Général de Gaulle gagne l’Angleterre. Appel de Pétain à cesser le combat.

18 juin. Premier appel radiodiffusé du Général de Gaulle sur les ondes de la BBC.
( Témoignages : qui a entendu l'appel du 18 juin ?).

Le 22 juin l'armistice est signé entre le gouvernement Pétain et l'Allemagne.

20 juin. Il fait appel aux chefs militaires français pour prendre la tête du refus. Pas de réponse.

28 juin. Le gouvernement britannique le reconnaît comme « chef des Français Libres ».

2 août. Le Général de Gaulle est condamné à mort par un tribunal militaire relevant de Vichy pour atteinte à la sûreté de l’état et désertion.

Août-Septembre. Ralliement à la France Libre des Nouvelles-Hébrides, de la Polynésie, des Établissements français de l’Inde, de la Nouvelle-Calédonie, du Tchad, du Cameroun, du Moyen-Congo et du Gabon. Du 23 au 25 septembre, il participe à l’opération franco-britannique pour tenter de rallier Dakar à la France Libre.

27 octobre. Il crée, à Brazzaville, le Conseil de défense de l’Empire, reconnu par les Britanniques le 24 décembre.

1941

14 mars. Le Général de Gaulle quitte Londres pour l’Afrique.

7 juin. Déclenchement de l’opération franco-britannique en Syrie.

22 juin. L'Allemagne attaque l'URSS et met un terme au pacte germano-soviétique

7 juillet. Beyrouth est occupée par les troupes de la France Libre et les forces britanniques.

24 septembre. Il constitue le Comité National Français et réorganise le Conseil de Défense de l’Empire.

21-22 octobre. En représailles à des attentats, exécution par les Allemands de 16 otages à Nantes, 27 à Châteaubriant et 5 à Paris.

1942

1er janvier. Jean Moulin est parachuté en France comme représentant du Général auprès des mouvements de résistance de la zone sud.

26 mai. Déclenchement d’une offensive de Rommel en direction de l’Égypte. Retranchée à Bir-Hakeim, la 1re division légère de la France Libre repousse les assauts allemands du 27 mai au 10 juin.

14 juillet. La France Libre prend le nom de la France Combattante. La résistance intérieure reconnaît l’autorité du Général de Gaulle et du comité national.

Août-Septembre. Voyage au Proche Orient et en Afrique noire.

28 septembre. Suivant la Grande Bretagne et les États-Unis, l’U.R.S.S. reconnaît le Comité national français.

8 novembre. Débarquement allié au Maroc et en Algérie.

1943

14 au 27 janvier, Conférence de Casablanca (Anfa)

15 mai. Constitué à Paris, sous la présidence de Jean Moulin, le Conseil National de la Résistance demande la formation d’un gouvernement provisoire à Alger.

3 juin. Constitution à Alger du Comité Français de la libération nationale (CFLN) sous la double présidence du Général de Gaulle et du général Giraud.

21 juin. Arrestation de Jean Moulin par les Allemands.

3 octobre. Le CFLN décide que le Général de Gaulle sera désormais le seul Président.

1944

30 janvier. Conférence de Brazzaville. Le Général de Gaulle y déclare que le devoir national consiste à aider les peuples de l’Empire « à ‘s’élever peu à peu jusqu’au niveau où ils seront capables de participer chez eux à la gestion de leurs propres affaires ».

15 mars. le programme du Conseil National de la Résistance est adopté

3 juin. Le CFLN prend le titre de Gouvernement Provisoire de la République Française. Le Général de Gaulle en est le Président.

4 juin. Les troupes américaines, britanniques et françaises entrent à Rome.

6 juin. Débarquement allié en Normandie. Dans un discours radiodiffusé, il annonce que la « bataille de France » est engagée et exhorte le peuple français à aider à la progression des troupes alliées.

14 juin. Le Général de Gaulle revient en France et prononce à Bayeux son premier discours en terre française.

25 août. Libération de Paris. Le Général de Gaulle entre dans Paris à 16 h 00 et s’installe au ministère de la guerre.

31 août. Transfère du siège du Gouvernement Provisoire d’Alger à Paris.

9 septembre. Des représentants des mouvements de la résistance entrent au Gouvernement Provisoire.

25 novembre. Les troupes françaises reprennent Strasbourg.

L'après guerre, la traversée du désert

1945

4 février. Ouverture de la conférence de Yalta entre Staline, Churchill et Roosevelt. La France n’a pas été invitée.

2 avril. Le droit de vote est accordé aux femmes.

7 mai. Les Allemands signent leur capitulation à Reims.

2 septembre. Capitulation du Japon.

19 octobre. Le Général de Gaulle institue la Sécurité sociale par ordonnance.

21 octobre. Référendum constitutionnel

13 novembre. A l’unanimité, l’Assemblée Nationale Constituante élit Charles de Gaulle président du Gouvernement provisoire de la République.

1946

20 janvier. Dans l’impossibilité d’agir face aux querelles et au « régime exclusif des partis », il renonce à ses fonctions de président du Gouvernement Provisoire.

5 mai. Comme il l’avait souhaité, le projet de Constitution voté par l’Assemblée est rejeté par le peuple français par voie de référendum.

16 juin. A Bayeux, le Général de Gaulle prononce un important discours où il définit les institutions qui lui semblent indispensables à la France.

29 septembre Discours à Epinal sur les institutions

13 octobre. Adoption par référendum de la Constitution de la Ive République malgré l’opposition du Général et l’abstention d’un tiers des électeurs.

1947, 16 janvier. Vincent Auriol est élu Président de la République par les deux assemblées.

14 avril. Dans une déclaration à la presse, le Général de Gaulle annonce la création du RPF (Rassemblement du peuple français), et il invite « toutes les Françaises et tous les Français qui veulent s’unir pour le salut commun » à se joindre à lui.

1948 – 1953

Le Général de Gaulle persiste à combattre le « régime des partis » et la politique d’effacement de la France. Il effectue de nombreux voyages en province où il lance des appels au redressement du pays.

1953 - 1958

Traversée du désert

1953, 26 mai - Constitution des Républicains Sociaux

1954, 16 janvier. Vincent Auriol transmet ses pouvoirs à René Coty, nouveau Président de la République élu par les deux assemblées : Assemblée nationale et Conseil de la République.

26 août. Déclaration dans laquelle le Général de Gaulle critique le traité instituant une Communauté Européenne de Défense (CED) .

22 octobre. Publication de l’Appel (1940-1942), premier tome des Mémoires de guerre (Librairie Plon).

1955. Retiré à Colombey, le Général ne prend plus part à la vie publique.

1956

8 juin. Publication de l’Unité (1942-1944), deuxième tome de ses Mémoires de guerre.

8 août – 18 septembre. Voyage privé aux Antilles françaises et dans les territoires français du Pacifique.

1957

10 au 14 mars. Voyage privé au Sahara.

Le retour aux affaires

1958

12 mai. Formation du gouvernement de Pierre Pflimlin.

13 mai. Soulèvement à Alger, occupation du Gouvernement général et création d’un Comité de salut public local.

28 mai. Les présidents des Assemblées et les chefs des partis, sauf les communistes, demandent un entretien au Général de Gaulle. Pierre Pflimlin donne sa démission.

1er juin. Appelé par René Coty, Président de la République, et par l’opinion dans sa quasi-totalité, Charles de Gaulle est investi président du Conseil par 329 voix sur 553 votants à l’Assemblée nationale qui le charge d’une réforme constitutionnelle soumise à référendum avant la fin de l’année.

Du 3 au 7 juin et du 1er au 3 juillet. Voyage en Algérie.

Du 20 au 29 août. Voyages en Algérie, en Afrique noire et à Madagascar.

3 septembre. Il fait approuver par son gouvernement le projet de Constitution qui sera soumis à référendum.

14 septembre. Il reçoit à Colombey-les-Deux-Églises M. Conrad Adenauer, chancelier de la République Fédérale d’Allemagne.

28 septembre. Le projet de Constitution est approuvé par 79,2% des suffrages exprimés en métropole, plus de 96% en Algérie, 93% dans les départements et territoires d’outre-mer, sauf en Guinée qui a voté « non ».

2 et 3 octobre. Voyage en Algérie.

5 octobre. Promulgation de la Constitution de la Ve République.

3 au 7 décembre. Voyage en Algérie.

1959

1er janvier. Entrée en vigueur du Marché commun dont l’application avait été suspendue le 25 mars 1957.

7 janvier. Le Général de Gaulle instaure, par ordonnance, les Assurances chômages.

8 janvier. Il prend les fonctions de Président de la République et nomme Michel Debré Premier Ministre.

La démission de Guy Mollet, Ministre d’État du gouvernement, est acceptée.

Juin – Juillet. Voyage en Italie, en Côte française des Somalis, à Madagascar, aux Comores et à la Réunion.

27 au 30 août. Voyage en Algérie.

3 septembre - Visite du Président Eisenhower

28 octobre. Message à l’armée d’Algérie dans lequel il explique la nécessité de l’autodétermination.

Publication du 3e tome des Mémoires de guerre, « le salut » (1944-1946).

9 au 14 décembre. Voyages en Mauritanie et au Sénégal.

1960

22 janvier. Le Général Massu est relevé de ses fonctions de commandant du corps d’armée d’Alger.

24 janvier – 2 février. Semaine des barricades à Alger en faveur de l’ « Algérie française ».

29 janvier. Dans un discours télévisé, le Général de Gaulle condamne le « mauvais coup » porté à la France par les insurgés d’Alger et s’engage à rétablir l’ordre public à Alger.

13 février. Première explosion atomique française à Reggane (Sahara) .

3 au 7 mars. Voyage en Algérie.

5 au 8 avril. Voyage en Grande-Bretagne.

18 avril au 4 mai. Voyage au Canada, aux États-Unis, en Guyane et aux Antilles françaises.

9 au 12 décembre. Voyage en Algérie.

1961

8 janvier. Référendum sur l’autodétermination de l’Algérie : 75,26% de oui.

16 janvier. Le Front de Libération National Algérien (FLNA) se déclare prêt à ouvrir des négociations avec le gouvernement français.

22 avril. Refusant le référendum du 8 janvier, les généraux Challe, Salan, Jouhaud et Zeller prennent le pouvoir à Alger. Ils doivent y renoncer au bout de 4 jours.

Naissance de l’Organisation Armée Secrète (OAS), regroupant les partisans d’une action violente contre l’indépendance de l’Algérie.

Attentats quotidiens en métropole et en Algérie qui seront particulièrement nombreux en avril et août.

19 juillet. L’armée tunisienne tente sans succès de s’emparer de Bizerte, importante base de transit des Français.

8 septembre. Le Général de Gaulle échappe, à Pont-sur-Seine , à un des nombreux attentats montés contre lui par l’OAS.

24 au 26 novembre. Voyage en Grande Bretagne.

8 décembre. Généralisation des régimes de retraites complémentaires.

1962

18 mars. Accord d’Evian et cessez-le-feu en Algérie entre les représentants du gouvernement français et du Front de Libération National Algérien.

27 mars. Constitution à Alger d’un exécutif provisoire algérien.

8 avril. Le peuple français approuve par référendum les accord d’Evian par une majorité de plus de 90% des suffrages exprimés.

17 au 26 juin. Accord d’Alger pour un cessez-le-feu entre l’OAS et le FLNA.

3 juillet. Le Général de Gaulle préside à l’Élysée le Conseil Supérieur de la Magistrature. La France reconnaît l’indépendance de l’Algérie et le gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA)

4 au 9 septembre. Voyage officiel en Allemagne fédérale.

22 août. Le Général et Madame de Gaulle échappent de justesse à un dernier attentat sur la route du Petit-Clamart.

22 octobre. Crise de Cuba.

28 octobre. Adoption par 62% des suffrages exprimés du projet de loi constitutionnelle sur l’élection du Président de la République au suffrage universel proposé par le Général de Gaulle.

1963

22 janvier. Signature à Paris d’un traité de coopération entre la France et la République Fédérale d’Allemagne

16 – 19 mai. Voyage en Grèce.

21 juin. La France retire sa flotte de l’OTAN.

16 – 20 octobre. Voyage en Iran.

1964

27 janvier. Reconnaissance de la République Populaire de Chine et établissement des relations diplomatique avec ce pays.

15 – 24 mars. Voyage aux Antilles françaises, en Guyane et au Mexique.

17 avril - De gaulle est opéré de la prostate

25 et 26 mai. Inauguration du canal de la Moselle d’Apach à Trèves par le Général de Gaulle, la grande –duchesse du Luxembourg et le président de la RFA.

15 juin. L’armée française achève l’évacuation de l’Algérie. Seuls dix mille hommes resteront à Mers El-Kébir, grand port militaire près d’Oran, et au Sahara jusqu’en 1967.

28 août. Echec d'un nouvel attentat au mont Faron

20 septembre – 16 octobre. Voyage en Amérique du Sud.

30 octobre. Conclusion d’un traité commercial franco-soviétique.

1965

7 janvier. La France convertit 150 millions de dollars en or. Le chômage est nul, sauf un minimum technique incompressible.

29 et 30 janvier. Le Général de Gaulle se rend à Londres pour les obsèques de Sir Winston Churchill, ainsi que pour les entretiens avec le Premier Ministre britannique, Harold Wilson.

4 février. Conférence de Presse du Général de Gaulle - Le système monétaire international

27 avril. Entretiens à l’Élysée avec A. Gromyko, ministre soviétique des Affaires étrangères.

Le Général de Gaulle exprime sa réprobation devant la guerre menée au Viêt-Nam par les États-Unis.

30 juin . La crise européenne éclate à Bruxelles

25 novembre. La fusée française Diamant met sur orbite le premier satellite français, Astérix.

19 décembre. Première élection du président de la République au suffrage universel. Le Général de Gaulle est réélu président.

1966

21 février 1966. Première conférence de presse du second septennat du Général de Gaulle

7 mars. Le Général de Gaulle fait connaître au président des États-Unis que la France retire ses forces du commandement intégré de l’OTAN, tout en demeurant dans le Pacte Atlantique. Témoignange

20 juin – 1er juillet. Voyage officiel en URSS.

25 août – 12 septembre. Voyage en Côte française des Somalis, Éthiopie, Cambodge, Nouvelle-Calédonie, Nouvelles-Hébrides, Polynésie française et Guadeloupe.

1er septembre. Important discours à Phnom-Penh où il demande le retrait des troupes américaines et la neutralisation de la péninsule.

1967

5 et 12 mars. Les élections législatives ne donnent qu’un élu de majorité favorable au Général de Gaulle.

19 mars. En côte française des Somalis, référendum favorable au maintien du territoire dans la République française, avec un statut rénové.

29 mars. Le Général de Gaulle préside à Cherbourg au lancement du premier sous-marin atomique français, le Redoutable.

6 avril. Il nomme à nouveau Georges Pompidou Premier ministre à la suite des élections législatives.

24 mai. Entretien avec Aba Ebban, ministre des Affaires étrangères d’Israël. La France condamnera Israël si ce pays déclenche la guerre.

29 mai. Voyage officiel en Italie et au Vatican.

2 juin. Il condamne en Conseil des ministres tout pays coupable d’agression au Proche-Orient. La France suspend les livraisons d’armes à sept pays arabes et à Israël.

5 au 10 juin. Guerre des Six-jours entre les forces armées israéliennes et les pays arabes voisins.

21 au 27 juillet. Voyage à Saint-Pierre-et-Miquelon et au Québec où il prononce un discours retentissant : « Vive le Québec libre ».

18 août. Il rend obligatoire la participation des salariés aux bénéfices de l’entreprise.

6 – 12 septembre. Voyage officiel en Pologne.

1968

23 avril. Sanglantes bagarres entre étudiants à la faculté de Nanterre.

Du 2 au 30 mai. Troubles universitaires, émeutes étudiantes à Nanterre et à Paris.

Du 13 au 20 mai. Grève générale en France avec occupation des locaux dans les entreprises et les services publics.

Voyage officiel en Roumanie.

24 mai. Le Général de Gaulle annonce un référendum sur la participation. De nouvelles émeutes ont lieu à Paris.

25 – 27 mai. Négociations entre les syndicats, le gouvernement et le CNPF, et signature d’un protocole d’accord au Ministère des affaires sociales, rue de Grenelle à Paris.

29 mai. Le Général de Gaulle rencontre le général Massu au quartier général de l’armée française en Allemagne, à Baden-Baden.

30 mai. A Paris, il annonce l’ajournement du référendum, la dissolution de l’Assemblée nationale et le remaniement du gouvernement. Il appelle les citoyens à l’action civique.

Importante manifestation en faveur du Général de Gaulle sur les Champs-Élysées.

11 juin. Dernière émeute des étudiants. Fin de la grève générale.

23 – 30 juin. Premier et second tour des élections législatives. Succès complet des partisans du Général de Gaulle.

10 juillet. La démission du gouvernement de Georges Pompidou est accepté. Le Général de Gaulle nomme Maurice Couve de Murville, Premier ministre.

17 juillet. Maurice Couve de Murville annonce un projet de réforme des régions et du Sénat.

25 au 30 octobre. Voyage officiel en Turquie.

1969

3 janvier. A la suite d’un raid israélien qui détruit des avions civils français sur l’aéroport de Beyrouth, le Général de Gaulle décide l’embargo général sur les livraisons de matériel militaire français à Israël.

2 février. Dernier discours de Charles de Gaulle annonçant le référendum du 27 avril

25 avril. Allocution radiodiffusée et télévisée où il expose la nécessité des réformes du Sénat et des régions qui seront soumises au vote des Français.

27 avril. Le projet de loi sur la réforme du Sénat et des régions soumis à référendum est repoussé par 52,41% des votes.

28 avril. Le Général de Gaulle annonce qu’il cesse d’exercer ses fonctions de président de la République à partir de midi. Alain Poher, président du Sénat, devient président de la République par intérim en application de la constitution.

1970

21 avril. Publication du premier tome, Pendant la guerre, des Discours et Messages qui rassemblent les principaux discours prononcés du 18 juin 1940 au 20 janvier 1946.

21 mai. Publication du deuxième tome, Dans l’attente, des Discours et Messages de janvier 1946 à mai 1958.

3 au 27 juin. Voyage privé en Espagne.

18 juin. Publication du troisième tome, Avec le renouveau, des Discours et Messages de mai 1958 à juillet 1962.

3 juillet. Publication du quatrième tome, Vers l’effort, des Discours et Messages d’août 1962 à décembre 1965.

18 septembre. Publication du cinquième tome, Vers le terme, des Discours et Messages de janvier 1966 à avril 1969.

23 octobre. Publication du premier tome des Mémoires d’espoir, Vers le renouveau (1958 – 1962).

9 novembre. A 19 h 30, mort du Général de Gaulle dans sa propriété de « La Boisserie » à Colombey-les-Deux-Églises

1971, 19 mars. Publication posthume des deux chapitres déjà rédigés du tome II des Mémoires d’espoir, L’effort (1962 -…)

1972, 18 juin. Inauguration à Colombey du Mémorial de Gaulle par le Président de la République, Georges POMPIDOU

Charles de gaulle

Charles de Gaulle 1890-1970
Début du mandat 08-01-1959
Fin du mandat 27-04-1969
Durée du mandat 10 ans



voir la suite ....


Revenir en haut Aller en bas
http://www.solidarichti.com
audomar62
Admin
Admin


Age : 69

MessageSujet: Re: Charles de Gaulle   Mar 9 Nov - 22:06




suite ...
Il faut mettre fin à la guerre d'Algérie.

Des troubles graves, en métropole et en Algérie, précèdent la négociation des accords d'Evian qui sont approuvés massivement par référendum le 8 avril 1962 et qui reconnaissent l'indépendance de l'Algérie. Un million de rapatriés doivent se réinsérer en France.

Par le référendum du 28 octobre 1962, de Gaulle fait adopter l'élection du chef de l'État au suffrage universel direct.
Il est lui-même élu à ce poste au deuxième tour de scrutin, le 19 décembre 1965, contre François Mitterrand, candidat de l'opposition de gauche.

Le Général avait toujours exprimé le désir d'être enterré à Colombey-les-Deux-Eglises (Haute-Marne), auprès de sa fille Anne.

E général de Gaulle a donné de lui deux images : celle de l'homme du 18 juin 1940 et celle du fondateur de la Ve République en 1958.

Charles de Gaulle est né à Lille le 22 novembre 1890 dans une famille catholique et patriote.

A sa sortie de l'Ecole militaire de Saint-Cyr en 1912, il choisit l'infanterie qu'il juge "plus militaire". Pendant la Première Guerre Mondiale, blessé, il est fait prisonnier en 1916. Après plusieurs tentatives d'évasion, il est enfermé dans la forteresse d'Ingolstadt.

Dans l'entre-deux-guerres, il réfléchit à une réforme de l'armée.

Dans son ouvrage, Vers l'armée de métier, publié en 1934, il préconise l'usage d'un corps de blindés.

Colonel en 1937, général à titre temporaire à la fin mai 1940, de Gaulle est appelé par Paul Reynaud, président du Conseil, comme secrétaire d'Etat à la Défense nationale et à la Guerre, le 5 juin. Le 16 juin, de retour de mission en Angleterre, il apprend la demande d'armistice.

Il repart aussitôt pour Londres afin de poursuivre la guerre, et lance un appel à la résistance, sur les ondes de la BBC, le 18 juin.

Grâce à sa détermination et à l'appui de Churchill, il organise des forces armées qui deviendront les Forces françaises libres, crée un Comité national français avec l'aide de René Cassin, qui deviendra le Comité français de la Libération nationale le 3 juin 1943 puis le Gouvernement provisoire de la République française un an plus tard. Pendant ces années de guerre, il rallie progressivement les territoires de l'Empire, réalise l'union avec la Résistance intérieure, avec Jean Moulin, et fait de la France l'un des Etats vainqueurs, aux côtés des Alliés, Grande-Bretagne, Etats-Unis et Union soviétique.

Président du Gouvernement provisoire, de Gaulle, en désaccord avec l'Assemblée constituante sur la conception de l'Etat, démissionne le 20 janvier 1946.



Dans son discours de Bayeux, le 16 juin 1946, il expose un véritable projet constitutionnel avec un exécutif fort, germe de ce que sera la Constitution de la Ve République. Le 14 avril 1947, il lance un mouvement, le Rassemblement du Peuple français (RPF), qui, s'il remporte d'abord de grands succès aux élections municipales, ne rencontre pas l'impact espéré lors des législatives de 1951.
Mais le RPF forme et mobilise des militants, crée un encadrement qui se révélera important en 1958.

L'impuissance de la IVe République face à la question algérienne conduit bon nombre de responsables politiques de tous bords à souhaiter le retour du Général.

Après la crise du 13 mai 1958 à Alger, le Président de la République, René Coty, décide de faire appel "au plus illustre des Français".

Charles de Gaulle devient alors, le 1er juin, le dernier président du Conseil de la IVe République.

Il reçoit les pleins pouvoirs, et fait élaborer une Constitution qui sera adoptée par référendum le 28 septembre 1958, avec 79,2% de "oui".

Les différents territoires de l'Empire l'approuvent également, sauf la Guinée qui devient ainsi le premier Etat d'Afrique à obtenir son indépendance. De Gaulle est élu par un collège électoral, le 21 décembre suivant, Président de la République française et de la Communauté africaine et malgache.

La tâche la plus urgente concerne l'Algérie.

De Gaulle multiplie les voyages et s'achemine vers la solution de l'indépendance : après l'offre de "la paix des braves" en octobre 1958, il propose l'autodétermination aux Algériens l'année suivante.

Le putsch des généraux le 22 avril 1961 échoue et n'empêche pas l'ouverture de négociations avec le FLN.
Les accords d'Evian, signés le 22 mars 1962, acceptés par référendum en France et en Algérie, accordent l'indépendance à celle-ci.

L'année 1962 marque un véritable tournant.

Libéré de la guerre d'Algérie, mais non de ses séquelles (rapatriement des Français, attentats de l'OAS), le chef de l'Etat s'attache à mener une politique d'indépendance nationale renforçant ainsi le rang de la France.

Poursuivant la politique nucléaire de la IVe République, la première bombe atomique française éclate à Reganne en février 1960.

Refusant la tutelle des Etats-Unis, de Gaulle retire peu à peu la France du système intégré de l'OTAN (ce sera chose faite en 1966), tout en restant membre de l'Alliance atlantique.

Cherchant à construire une Europe réellement européenne, il se rapproche de l'Allemagne fédérale en signant le Traité de l'Elysée (22 janvier 1963), et refuse l'entrée de la Grande-Bretagne, trop liée aux Etats-Unis, dans la Communauté économique européenne.

Il renforce la CEE avec la politique agricole commune en 1963.

Mener "une politique des mains libres", c'est aussi renforcer la présence de la France dans le monde :

auprès des Etats nés de l'ancienne Communauté africaine et malgache, indépendants depuis 1960, mais aussi en Asie et en Amérique latine. En 1964, de Gaulle reconnaît la République populaire de Chine.

Il effectue un long voyage en Amérique latine.

Il prononce un discours à Phnom-Penh en 1966 dans lequel il stigmatise la politique américaine au Vietnam.

En juillet 1967, le "Vive le Québec libre !" accentue l'opposition du Général à l'impérialisme américain, tout en défendant la présence historique de la France en Amérique du Nord.

Mais aussi, de Gaulle se rapproche de l'Union soviétique et de ses Etats satellites, pour construire "l'Europe de l'Atlantique à l'Oural".

La politique de "Détente, Entente et Coopération" est amorcée par un voyage en URSS en juin 1966.
Au demeurant, le général de Gaulle n'a jamais failli à sa fidélité au bloc occidental et par exemple, lors de la crise de Cuba en 1962, il a été le premier à soutenir Kennedy contre Khrouchtchev.

Une France puissante ne se conçoit pas sans institutions stables.

La Constitution de la Ve République voulue par le général de Gaulle en est l'outil principal, mais il faut que l'exécutif soit renforcé par le soutien populaire :
le recours au référendum lors de choix importants : sur l'autodétermination des Algériens (8 janvier 1961), les accords d'Evian (8 avril 1962), la réforme constitutionnelle (28 octobre 1962), la régionalisation et la réforme du Sénat (27 avril 1969) ne suffit pas.

Après l'attentat du Petit-Clamart, le 22 août 1962, le Général propose l'élection du chef de l'Etat au suffrage universel, afin de lui assurer une légitimité nécessaire face aux députés.

L'élection présidentielle est, depuis, un des éléments majeurs de la participation des citoyens à la vie politique.

En 1965, l'élection au suffrage universel est mise en pratique pour la première fois. Après son premier mandat de sept ans, de Gaulle est élu au second tour face à François Mitterrand, avec 54,8% des voix.

Le Général souhaitait une réforme de la société allant dans le sens de plus de participation à la vie des entreprises notamment.

Après la réforme financière de 1958, la France bénéficie de la croissance amorcée sous la IVe République. Mais elle "s'ennuie" et les événements de Mai 1968 en sont le révélateur.

A la contestation des étudiants s'ajoute le mécontentement des ouvriers. Il dissout l'Assemblée nationale le 30 mai.

C'est le 27 avril 1969 qu'un projet différent, portant sur la régionalisation et la réforme du Sénat, proposé aux Français, est rejeté par 52,4% des voix.

A cette occasion, Charles de Gaulle avait engagé sa propre légitimité. Fidèle à sa promesse et respectueux du peuple souverain, de Gaulle démissionne le lendemain.

Il se retire à Colombey-les-Deux-Eglises, s'abstient de toute prise de position publique, et poursuit l'écriture de ses mémoires.

Les Mémoires de Guerre avaient commencé de paraître en 1954.

Seul le premier volume des Mémoires d'espoir est achevé lors que Charles de Gaulle meurt, le 9 novembre 1970.

Pendant qu'à Notre-Dame de Paris a lieu une cérémonie officielle avec les autorités de l'Etat et les personnalités étrangères, il est enterré au cimetière de Colombey en présence de sa famille, des Compagnons de la Libération et des habitants de son village.

Source: Fondation Charles de Gaulle


14 avril 1947

Le 14 avril 1947, le général de Gaulle publie sous le simple titre de " déclaration " un communiqué dans lequel il annonce :

" Aujourd'hui est créé le Rassemblement du peuple français. J'en prends la direction. "
Il précise:
" Il a pour but de promouvoir et de faire triompher par-dessus nos divisions l'union de notre peuple dans l'effort de rénovation et la réforme de l'Etat. "

Telle est la date officielle de naissance du RPF, le seul parti politique jamais fondé par de Gaulle lui-même.

Cette date est à la fois un aboutissement et un début.

Le Général avait quitté le pouvoir le 20 janvier 1946, estimant que le " jeu des partis " ne lui permettait pas d'exercer comme il le souhaitait ses fonctions de chef du gouvernement.

Se rendant vite compte que personne dans les forces politiques ne songe à le rappeler, que même le MRP l'abandonne, qu'aucun mouvement d'opinion en faveur de son retour ne se déclenche, de Gaulle commence à piaffer d'impatience et se résout à forcer le destin.

Il le fait progressivement. Le 16 juin 1946 à Bayeux, dans le Calvados, célébrant le deuxième anniversaire de la libération de cette sous-préfecture où il avait prononcé sa première allocution sur le sol français, le général esquisse les règles de conduite d'un Etat de façon si précise que ce texte prendra le nom de " Constitution de Bayeux " et contiendra presque tous les principes de la Constitution de la Ve République de 1958.

Dès le lendemain de ce discours se crée, à l'initiative de René Capitant, une Union gaulliste pour la IVe République regroupant vingt-deux députés de divers partis.

De Gaulle n'a toutefois aucune responsabilité dans cette initiative. Il fait savoir qu'il s'oppose au projet de Constitution d'octobre 1946.

Celui-ci est cependant adopté par 53 % des suffrages exprimés mais seulement 35 % des inscrits et devient la Constitution de la IVe République contre laquelle de Gaulle ne cessera de lutter pendant douze ans.

Aux élections de novembre 1946, les " gaullistes " n'existent pas en tant que force politique organisée.

En janvier 1947, Vincent Auriol est élu président de la République.


De Gaulle envisage dès l'hiver 1946 de fonder une organisation.

Jacques Soustelle, le colonel Rémy, Jacques Baumel sont chargés de préparer discrètement ce projet et de recruter des partisans parmi les anciens résistants.
Mais ses proches lui conseillent d'attendre une occasion favorable pour se découvrir.

Le 30 mars 1947, à l'occasion d'une cérémonie en mémoire de la Résistance à Bruneval, en Seine-Maritime, il laisse prévoir la création du RPF en concluant ainsi son discours : " Le jour va venir où, rejetant les jeux stériles et réformant le cadre mal bâti où s'égare la nation et se disqualifie l'Etat, la masse immense des Français se rassemblera sur la France. "

De la foule immense de quelque cinquante mille personnes, fusent quelques rares " de Gaulle au pouvoir ".

Et le 7 avril, à Strasbourg, sur la place de Broglie, la foule est aussi nombreuse mais plus vibrante.
Du balcon de l'hôtel de ville, de Gaulle annonce la création du Rassemblement du peuple français.

C'est une véritable déclaration de guerre à la IVe République, un sévère réquisitoire contre le comportement des partis politiques. Il lance : " Il est temps que se forme et s'organise le Rassemblement du peuple français qui, dans le cadre des lois, va promouvoir et faire triompher, par-dessus les différences des opinions, le grand effort de salut commun et la réforme profonde de l'Etat. "

M. Jacques Soustelle devient le secrétaire général du RPF et André Malraux le délégué à la propagande.

Enfin, le 24 avril, de Gaulle donne à Paris une conférence de presse, la première depuis 1945, où il développe les raisons de son initiative.
La gauche réagit vivement et les modérés sont sans enthousiasme. Mais l'opinion publique n'y est pas hostile.

C'est donc à elle qu'il s'adresse au moyen de meetings qui regroupent des foules immenses, à Bordeaux, à Lille, à Rennes, etc.
Les adhésions se multiplient et atteignent à la fin de l'année, selon les chiffres fournis par le RPF, un million et demi.

Dans la réalité, les adhésions seront moins nombreuses, mais dès le début le RPF se classe parmi les tout premiers partis politiques français.

Le gouvernement et les autres partis s'inquiètent de cette montée en puissance.

Le président du conseil, Paul Ramadier (SFIO), interdit à la radio de retransmettre les discours de de Gaulle.
Au Parlement, l'intergroupe gaulliste a du mal à se constituer.

Si le monde institutionnel rejette de Gaulle, l'opinion l'accepte de plus en plus et, en octobre 1947, aux élections municipales, un véritable raz de marée soulève les candidats du RPF, qui recueillent 38,7 % des voix contre 28,9 % pour les communistes, 13,4 % pour les socialistes et 9,3 % pour le MRP.
Tous les partis traditionnels reculent.

Les socialistes, qui dirigent le gouvernement, tentent de minimiser le mouvement en n'y voyant qu'une réaction anticommuniste du corps électoral, puisque le général avait-entre autres thèmes-fait campagne contre les " séparatistes.

De Gaulle demande aussitôt l'instauration du scrutin majoritaire pour les élections législatives et la dissolution de l'Assemblée nationale.

Guy Mollet, au nom de la SFIO, pour s'opposer à la fois aux communistes et aux gaullistes, invente la troisième force, qui allie les socialistes, les radicaux et le MRP, ce dernier étant le maillon faible de la nouvelle coalition.

Devant les progrès du RPF, le gouvernement imaginera pour les élections législatives de 1951 un mode de scrutin dit des " apparentements ", qui sera refusé par le RPF puisque celui-ci dénonce le " jeu des partis ".

C'est donc un demi-échec au soir du 17 juin 1951 : 119 sièges seulement contre 103 aux communistes et 283 aux élus de la Troisième Force (dont 85 MRP, 94 radicaux et 104 socialistes). En voix, le PC avec 26,4 % des suffrages distance le RPF, qui n'en recueille que 22,3 %.

Le Rassemblement et de Gaulle voient leurs espoirs brisés.

Leurs élus sont peu à peu séduits par les " délices et les poisons du système ".

En 1953, après une lente agonie, le RPF cessera en fait d'exister. La véritable " traversée du désert " du général commencera alors pour ne se terminer qu'en mai 1958 avec son retour au pouvoir et la création de l'Union pour la nouvelle République.

ANDRE PASSERON
Le Monde du 12 février 1985
"Le plus illustre des Français"


Général de brigade au moment de la défaite des armées françaises en 1940, Charles de Gaulle (1890-1970) part pour l'Angleterre d'où il lance, le 18 juin, son fameux appel à la résistance contre l'occupation allemande. "Chef des Français libres", il organise la participation de la France à la victoire et, de 1944 à 1946, est à la tête du Gouvernement Provisoire.

Il retrouve le pouvoir le Ier juin 1958 et fait approuver une nouvelle Constitution qui fonde la Vème République :
il en devient le premier président jusqu'à sa démission en 1969.

Une certaine idée de la France.

Dans ses Mémoires d'Espoir, le général de Gaulle évoque pas moins de quarante fois le château de Versailles.
Pétri d'Histoire, il apprécie dans la monarchie non ses fastes, mais ses accomplissements.

A propos de Versailles, il confie à André Malraux : "Versailles, il fallait le faire, ne marchandons pas la grandeur". Homme d'Etat, il assume tout de la France, ses rois comme ses régicides, ses monarchistes comme ses révolutionnaires ; par là, il rejoint l'esprit qui avait inspiré la création du musée d'histoire de France.

" Versailles "excessif"

Au moment de son accession à la Présidence, le Général estimant le palais de l'Elysée inadapté à la fonction, ses collaborateurs suggèrent les Invalides, le Louvre, Vincennes... Versailles,

De Gaulle lui-même l'évoque avec humour : "excessif".

Cependant il inaugure les grandes soirées données à Versailles avec dîner dans la Galerie des Glaces et représentation à l'Opéra, avec robes longues, habits et grands uniformes.
Nikita Khrouchtchev en 1960, John Fitzgerald Kennedy en 1961, Hassan II du Maroc en 1963 eurent ainsi les honneurs de Versailles.

Charles de Gaulle et le Duc de Edimbourgh à Trianon
Les hôtes de Trianon

De 1962 à 1966, André Malraux, l'ami écrivain alors ministre de la Culture, engage la restauration complète du Grand Trianon, aménageant l'aile gauche pour les hôtes d'honneur de la République et réservant l'aile de Trianon-sous-bois au chef de l'Etat français.

Dès lors, le Général accueille plus volontiers ses hôtes prestigieux à Trianon qu'à l'Elysée,
autrefois demeure parisienne de madame de Pompadour, disant que "la demeure d'une reine semble plus digne que celle d'une favorite", remarque plus plaisante que rigoureusement historique.

Le dernier à y séjourner est le président Richard Nixon en mars 1969, un mois seulement avant la démission du général de Gaulle.

Versailles, palais national.

Par la suite, à l'occasion de réceptions brillantes, la vocation de Versailles comme palais national à la disposition de la présidence de la République, continue à être affirmée, ainsi que l'usage exclusivement présidentiel de la Galerie des Glaces.

Trianon accueille les présidents Brejnev (1971), la reine Elisabeth II (1972), le Shah d'Iran (1974).

En juin 1982, le président François Mitterrand réunit, pour le G7 sommet des pays industrialisés, Margaret Thatcher, Helmut Schmitt, Ronald Reagan.... Mikhaïl Gorbatchev et Boris Eltsine sont reçus en 1985 et en 1992.

Par ailleurs, depuis la fondation de la IIIème République et l'époque de Thiers, le Congrès du Parlement se tient à Versailles, dans une salle construite à cet effet dans l'aile du Midi.

C'est là que de 1879 à 1953, les présidents de la République sont élus par les députés et les sénateurs.

Aujourd'hui, le Congrès se réunit encore pour voter les réformes de la Constitution : le déplacement à Versailles souligne symboliquement la solennité de l'acte.

La nouvelle République et le bloc Atlantique.



Aux divisions internes s'ajoutent bientôt celles nées de la guerre froide et de la décolonisation.

La France accepte l'aide financière du plan Marshall, lancé par le secrétaire d'État américain le 5 juin 1947 pour soutenir l'effort de reconstuction de l'Europe, plan refusé par l'URSS et, à sa suite, par les pays de l'Europe de l'Est.
Elle intègre l'Organisation européenne de coopération économique (OECE) créée en avril 1948 pour répartir les fonds américains.

En avril 1949, la France adhère à l'Alliance atlantique. Elle renonce par ailleurs à mener vis-à-vis de l'Allemagne une politique de réparations et d'affaiblissement économique.
Elle opte au contraire pour une politique d'entente avec une Allemagne occidentale intégrée à une Europe unie et démocratique.


Jean Monnet et Robert Schuman, en accord avec le chancelier Konrad Adenauer, sont les fondateurs de la construction de l'Europe dont les bases sont jetées dès 1951 par le traité sur la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA).

Toutefois, le traité établissant une Communauté européenne de défense (CED) est repoussé par la France : les communistes et les gaullistes sont opposés au projet.
En revanche, les traités instituant la Communauté économique européenne (ou Marché commun) et l'Euratom (Communauté européenne de l'énergie atomique) sont signés à Rome, le 25 mars 1957.

La IVe République est alors près de sombrer dans une grave crise engendrée par la décolonisation.
Celle-ci commence en Indochine, d'où la France doit se retirer après huit années d'une guerre difficile.

Pierre Mendès France, président du Conseil, met fin au conflit, dans le cadre international des accords de Genève, le 20 juillet 1954.

Lui-même, puis Edgar Faure et Guy Mollet reconnaissent l'indépendance du Maroc et de la Tunisie (1956), tandis qu'une décolonisation pacifique s'amorce en Afrique noire.

Mais l'armée, avec les jeunes appelés du contingent, intervient alors en Algérie dans un conflit qui, déclenché dès 1954, durera jusqu'en 1962.

Le retour du général de Gaulle


A la suite d'émeutes de Français d'Algérie, le 13 mai 1958, à Alger, le dernier gouvernement de la IVe République tombe.

Quittant sa retraite de Colombey-les-Deux-Eglises, le général de Gaulle est appelé par le Président de la République, René Coty, à assumer la direction du gouvernement.

Il est investi par les députés le 1er juin 1958.

Il entame la mise en oeuvre de conceptions politiques propres qu'il n'avait pu jusqu'alors faire prévaloir.
La Constitution de la Ve République est adoptée par référendum le 28 septembre 1958.

Elle concerne la France métropolitaine, mais aussi les possessions d'outre-mer invitées à intégrer avec elle la Communauté.
Après avoir voté, sauf la Guinée, en faveur de la nouvelle constitution, les pays de l'Afrique française vont accéder, dès 1960, à une indépendance totale et garder avec la France des liens privilégiés.

La Constitution du 4 octobre 1958 accorde une place éminente au Président de la République. De Gaulle est investi de cette fonction suprême par un collège de députés, sénateurs et élus locaux, le 21 décembre 1958.

voir la suite ...


Revenir en haut Aller en bas
http://www.solidarichti.com
audomar62
Admin
Admin


Age : 69

MessageSujet: Re: Charles de Gaulle   Mar 9 Nov - 22:20





...suite
Affirmation du rôle mondial de la France.


Avec les les nouvelles institutions et une majorité durable et disciplinée de parlementaires gaullistes assurent au pouvoir une longue stabilité.

La prospérité économique et l'assainissement monétaire symbolisé par la création du nouveau franc en 1960 permettent au général de Gaulle de mener une politique extérieure très active.

Son but est d'affirmer l'indépendance et le rôle mondial de la France.

Il s'appuie, pour y parvenir, sur la capacité nucléaire du pays.

Le 13 février 1960, la première bombe atomique française explose sur la base de Reggane, au Sahara.

La France se dotera ensuite de l'arme thermonucléaire (premier [ Mot censuré ] en 1968), d'avions, de missiles et de sous-marins porteurs de charges atomiques.

Elle devient une puissance nucléaire, comme ses alliés britannique et américain, et comme l'Union soviétique.

A cause du refus des États-Unis d'accorder à la France une part à la décision de l'emploi de l'arme atomique au sein de l'OTAN, de Gaulle décide de retirer l'armée française du commandement militaire intégré, le 1er avril 1967, tout en laissant la France membre de l'Alliance atlantique.

L'équilibre de la terreur et la relative détente entre les deux blocs favorisent l'affirmation du rôle propre de la France.

De Gaulle organise à Paris la rencontre entre Khrouchtchev et les alliés occidentaux en mai 1960
(l'affaire de l'avion U2 la fera échouer).

Il multiplie aussi les voyages ainsi que les déclarations, parfois retentissantes, notamment au Cambodge en août 1966 et au Québec en juillet 1967.
La France est la première en Occident à établir des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine, en 1964.

La politique européenne de la France se développe dans deux directions :
mener à bien ce que de Gaulle baptise « la détente, l'entente et la coopération » avec les pays de l'Est pour mettre un terme à la guerre froide et préparer la construction d'une Europe de l'Atlantique à l'Oural ; mettre en oeuvre le traité de Rome, tout en défendant très fermement la souveraineté des États et leurs intérêts fondamentaux.

Ainsi la France, estimant que la Commission européenne a outrepassé ses attributions, s'abstient pendant six mois (1965) de participer aux instances européennes (politique de la chaise vide).

Cette crise aboutit au compromis de Luxembourg : lorsqu'un État membre juge ses intérêts fondamentaux menacés, une décision ne peut être prise qu'à l'unanimité.

Par ailleurs, les projets d'union politique (plan Fouchet) proposés par la France échouent, et de Gaulle s'oppose par deux fois à la candidature britannique à la CEE, jugée prématurée.

Mais le plus important reste l'établissement d'une étroite coopération franco-allemande mise en oeuvre par les relations personnelles entre le chancelier Adenauer et le général de Gaulle.

Le voyage officiel du chancelier en France et celui du général en Allemagne, la création de l'Office franco-allemand pour la jeunesse, enfin, la signature du traité de l'Elysée, en 1963, couronnent ce rapprochement.

Le couple franco-allemand devient l'un des « moteurs » de la reconstruction européenne.

De grands projets économiques, favorisés par le dynamisme technique et démographique de la Ve République, voient le jour :
lancement du paquebot France en janvier 1962, de l'avion supersonique Concorde, début de l'exploration spatiale (1965), soutien à l'innovation technologique et à l'industrie informatique.

Au cours des années soixante, les profondes mutations de l'économie française suscitent des inquiétudes et des aspirations sociales nouvelles, auxquelles la multiplication de nouveaux médias (radio à transistor, développement de la télévision)
contribue à donner aussitôt un écho national.

Les évènements de mai-juin 1968 vont les catalyser.

Bibliographie :

Mémoires de guerre : Tome 3, Le salut : 1944-1946

Charles de Gaulle : Mémoires

Mémoires de guerre, tome 2 : L'unité (1942-1944)

Lire et comprendre Charles de Gaulle : Mémoires de guerre - Le salut : 1944-1946

Mémoires de guerre : Tome 1, L'appel : 1940-1942 Général, Homme d'état, Homme politique et Militaire (Francais)
Né le 22 novembre 1890.

Décédé le 09 novembre 1970 (à l'âge de 79 ans)

Dans les premières lignes de ses Mémoires de guerre, Charles évoque sa mère en ces termes :
" Ma mère portait à la patrie une passion intransigeante, à l'égal de sa piété religieuse".

Le foyer familial, catholique et patriotiste, est aussi très cultivé.
A douze ans, la mémoire du général est prodigieuse : on peut déjà déceler ses auteurs préféré :
(Chateaubriand et bientôt, Péguy à propos duquel il confiera plus tard :
"Aucun auteur ne m'a autant inspiré dans ce que j'ai entrepris de faire"
mais il est périlleux de savoir ce qu'il na pas lu, tant il dévore les rayons de l'immense bibliothèque familiale.

Henri de Gaulle confie l'éducation du jeune Charles aux Jésuites et aux Assomptionnistes.
Ses matières préférées sont l'histoire, la littérature et l'Allemand, qu'il parlera bientôt couramment grâce aux vacances passées chez les correspondants badois, sans doute alliés aux Kolb, grands-parents de sa mère.

C'est en 1907 qu'il se retrouve en Belgique, à l'école libre du Sacré-Coeur d'Antoing, où se sont repliés les Jésuites de l'Immaculée-Conception.

La vocation militaire de Charles se déclare dès 14 ans.

Après une année préparatoire au collège Stanislas à Paris, Charles est reçu en 1908, à 18 ans, à l'École militaire de Saint-Cyr, d'où sont issus depuis le XIXe siècle, les cadres politiques de la France.

Ayant intégré l'École à un rang moyen (cent dix-neuvième), il en ressortira treizième en 1912.
Il est alors affecté sur son choix au 33e régiment d'infanterie (RI) d'Arras, commandé par Philippe Pétain.

Trente-quatre ans séparent le jeune lieutenant du vieux colonel qui, à cinquante-six ans, commande l'obscur 33e RI, quand d'autres sont déjà généraux.

Pétain, qui a perdu la foi, passe pour un libertin et compense ses déboires et sa réputation par un isolement et une froideur calculés.
Pourtant, il sait parfois briser la glace pour ses officiers qu'il estime beaucoup.

Voilà un caractère qui plaît au lieutenant de Gaulle, chez qui, semble-t-il, Pétain reconnaît aussitôt un disciple.
Pétain note sur la nouvelle recrue, en 1913 :
"Officier de réelle valeur qui donne les plus belles espérances pour l'avenir. Très intelligent, aime son métier avec passion... Digne de tous les éloges".

Mais des tensions et des contradictions se font sentir entre Pétain et de Gaulle.
C'est même pour toutes ces raisons que, sans attendre leur rupture historique de l'été 1940, de Gaulle se séparera de son chef, victime, l'âge venu, des travers qu'il avait jadis combattus.

2 Août 1914 :

la guerre éclate et le vieux monde roule à l'abîme.

Pétain rejoint le front pour entamer l'épopée qui en fera le vainqueur de Verdun.
Blessé dès le 15 août à Dinant en affrontant avec ses camarades l'épreuve du feu.
Blessé de nouveau au combat de Mesnie-les-Hurlus, en Champagne, le 10 mars 1915, il rejoint le 33e RI comme commandant de compagnie, puis adjoint au colonel Pétain.

Le lieutenant de Gaulle devient à titre temporaire dès le mois de février 1916 (et définitivement en octobre suivant) capitaine.

En mars 1915, il est décoré de la croix de guerre et cité à l'ordre de sa division.
En février 1916, la compagnie de De Gaulle monte sur Verdun.
Le 2 mars, écrasée par l’artillerie, au terme d'un corps à corps avec les Allemands, le capitaine de Gaulle s'écroule inanimé, frappé d'un coup de baïonnette.
Il se réveillera prisonnier.
Transfert à l'hôpital de Mayence. Commençant alors trente-deux mois d'une épouvantable captivité, ponctuée de cinq tentatives officielles d'évasion qui lui vaudront de passer du confort très relatif des premiers oflags à la cellule sans lumière des récidivistes.

Interné successivement à Osnabrück, Neisse, Sezwoyn, Inguestadt, Rosenberg, Passau, Ingolstadt encore puis Würzburg et Magdeburg, Charles de Gaulle n'ignore bientôt plus rien de la géographie pénitentiaire allemande.

Quand il ne tente pas de s'évader, le capitaine en profite pour relire les auteurs grecs et latins et les contemporains qu'il avait négligés, mais aussi la presse et la littérature allemandes qu'on veut bien lui communiquer, organisant, dès qu'il peut, des conférences historiques ou philosophiques pour ses compagnons.

Charles de Gaulle devra pourtant attendre le 11 novembre 1918 pour être libéré.

A Lyon, il fête ses retrouvailles, le 3 décembre 1918, avec une France victorieuse. Charles de Gaulle gardera toujours un sentiment d'humiliation au coeur.

Les trois années suivantes, au cours desquelles il suit, de janvier 1919 à mai 1919, un cours obligatoire pour tous les anciens prisonniers, et participe comme instructeur volontaire à la lutte que livre la Pologne contre l'armée rouge, consolident ses réflexions d'hommes d'armes.

Après vingt mois passés à l'École militaire de Rambertow puis à l'État-major de Varsovie, le capitaine de Gaulle rencontre Yvonne Vendroux, fille d'un industriel calaisien, qu'il épouse le 7 avril 1921.



En février 1921, et jusqu'à mai 1922, Charles de Gaulle est professeur d'histoire à Saint-Cyr, manifestant des dons de brillant pédagogue.

Ceci lui permettra parallèlement de se consacrer à la préparation de l'École Supérieure de Guerre.
Le 2 mai 1922, le Journal officiel publie l'admission du capitaine de Gaulle à l'École Supérieure de Guerre.

Il y restera deux ans, non sans avoir subi les stages traditionnels auprès des différentes armes :
dragons cantonnés à Paris, chars à Satory, aviation du Bourget, artillerie à Trèves...

Les idées qu'il défend tranchent avec celles d'un corps professoral figé dans la tradition.
Mais il y reçoit des notes médiocres :

son assurance tellement appréciée au combat passe pour de l'orgueil ; son esprit d'initiative pour de l'indiscipline ; son humour pour de l'insolence.

Il n'est pas admis à figurer sur la liste des futurs enseignants.
Relégué dans un emploi subalterne à l'État-major de Mayence en 1924, il en est tiré par l'intervention de son ancien colonel, devenu le maréchal Pétain, alors au sommet de son prestige militaire et civil qui l'appelle à son cabinet comme officier rédacteur et l'impose comme conférencier à l'École de Guerre, tâche dont il s'acquittera, en sa présence, courant 1927.

Dès ce moment, de Gaulle n'est plus tout à fait un officier comme les autres.
C'est le début d'un désaccord grandissant qui scellera le destin de Charles de Gaulle.

Le différend éclate en 1927. Pétain confie à de Gaulle la mise au point de trois conférences qu'il donnera à l'École de Guerre.
Le maréchal revendique alors la paternité des textes confiés à la rédaction de Charles de Gaulle.
Et si celui-ci obtient, parallèlement, de son protecteur des promotions successives
– état-major de l'armée du Rhin puis commandement du 19e, bataillon de Chasseurs à Trèves (octobre 1927 - octobre 1929) ; chef des bureaux Renseignement et Opérations des troupes françaises du Levant (à Beyrouth, de novembre 1929 à octobre 1932) ; enfin et surtout, secrétariat général de la Défense nationale, de novembre 1932 à septembre 1939 –

le commandant (1927), lieutenant-colonel (1933) puis colonel de Gaulle (1937) rompt néanmoins l'entente.
De Gaulle cesse d'appartenir au cercle des protégés de Pétain.
A savoir que la connaissance du Moyen-Orient lui sera, en d'autres temps, utile (quand il est muté au Liban - de 1929 à 1932).
De plus, de Gaulle s'initie aux affaires de l'État quand il entre au secrétariat général de la Défense nationale.

Durant cette période, Charles de Gaulle publie de nombreux articles dans lesquels il fait connaître sa doctrine en matière de stratégie militaire.
Insistant notamment sur l'importance de la mobilité et de l'effet de surprise au détriment du classique plan de bataille élaboré a priori, il s'attire les réprobations virulentes de l'entourage de Pétain.

C'est à cette époque qu'il publie ses livres : mars 1924, publication chez Berger-Levrault de son premier livre, La discorde chez l'ennemi.

En juillet 1932, ce n'est plus un livre d'histoire mais un [ Mot censuré ] très personnel que, du retour de Levant, de Gaulle donne à Berger-Levrault, Le fil de l'épée.

En fait, c'est dès la parution de Vers l'armée de métier, en mai 1934, que s'est creusé définitivement le fossé entre de Gaulle et l'État-major.

Son livre Vers l'armée de métier plaide pour la refonte d'une armée française professionnalisée et augmentée de 100000 hommes, pour la création d'unités blindées et mobiles et pour une stratégie en mouvement opposée à la guerre statique.

Seuls Paul Reynaud et Philippe Serre comprennent l'intérêt de ces thèses.
Officiellement, le divorce des deux hommes ne sera consommé qu'en 1938, avec la parution de La France et son armée, Pétain ne pardonnant pas à de Gaulle de publier sous son nom ce texte dont il lui avait passé commande treize ans plus tôt avant de s'en désintéresser.

Colonel en 1937, Charles de Gaulle est nommé à la tête du 507e Régiment de chars de combat à Metz.

Plus que jamais, il est en contact étroit avec Paul Reynaud en qui il voit le seul homme capable de renverser
le cours des choses si le pouvoir et les moyens d'exercer s'offrent un jour à lui.
Mais celui qu'on surnomme avec ironie le "colonel Motor" n'est guère apprécié du général Henri Giraud
qui gouverne la ville de Metz.

Quand la France déclare la guerre à l'Allemagne, le 3 septembre 1939,

de Gaulle est, depuis la veille, commandant par intérim des chars de la première armée.
Le 10 mai, l'Etat-major lui confie avec réticence le commandement de la 4e division cuirassée en cours de formation.
Avec des forces éparses, il s'illustre néanmoins à Montcornet et Laon, et arrête les Allemands à Abbeville (27-30 mai 1940).

Il démontre ainsi la justesse de ses analyses de 1934.
Le 5 juin, Charles de Gaulle, nommé général de brigade à titre temporaire quatre jours auparavant, entre au gouvernement de
Paul Reynaud, alors président du Conseil, en tant que sous-secrétaire d'État à la Guerre. Mais il est trop tard, la bataille de
France est perdue.

A Londres, Winston Churchill est persuadé de l'imminence de la capitulation française.

Reynaud décide donc d'envoyer de Gaulle en Angleterre pour le convaincre du contraire.
Accessoirement, le nouveau sous-secrétaire d'État se voit confier, sans trop d'illusions, une autre mission :
ramener la RAF dans le ciel de France...

Avant de s'envoler pour Londres, le 9 juin, de Gaulle se rend chez le général Weygand qui lui annonce que le front de la Somme
est enfoncé.

Quand le général de Gaulle débarque à Downing Street, le lendemain matin, l'accueil est tout autre.

Churchill a déjà entendu parler par Reynaud du théoricien incompris des blindés.

Si le général est immédiatement fasciné par Churchill, le Premier ministre britannique et la plupart de ses ministres sont pareillement réduits par son flegme et sa détermination, qualités qu'ils n'avaient guère eu l'occasion d'apprécier jusqu'alors, chez aucun dirigeant français...

Mais s'agissant des renforts aériens, Churchill laisse son visiteur regagner le France avec seulement quelques vagues promesses.

Le soir même, de Gaulle arrive à Paris pour apprendre par la bouche de Reynaud que le gouvernement a décidé de se replier.

Quelques jours plus tard, le 16 juin au matin, le revoici à Londres, à l'hôtel Hyde Park, où il entame un brin de toilette avant de se rendre à déjeuner chez Winston Churchill où un projet émane entre les deux hommes :
faire une "fusion" entre la France et la Grande-Bretagne.

Le soir même, de Gaulle revient donc à Bordeaux (ville où le gouvernement se trouve après repliement)
porteur d'une proposition d' union franco-britannique.

Mais ce 16 juin au soir, quand le sous-secrétaire d'État à la Guerre auquel Churchill a prêté son avion personnel,
atterrit à vingt et une heure trente à Bordeaux, il n'est plus qu'un ancien ministre.

Paul Reynaud n'est plus président du Conseil.

Il a, quelques minutes auparavant, remis sa démission au président de la République, Albert Lebrun, lequel s'est aussitôt tourné vers le Maréchal Pétain pour former le nouveau gouvernement.

Ce nouveau gouvernement Pétain-Laval déclare son intention de demander l'armistice.

De Gaulle conclue que l'Angleterre accueillera la "flamme de la Résistance française".

Le 17 juin vers midi, Charles de Gaulle s'envole pour Londres.
Il sait que les liens sont brisés avec la France "officielle".

La famille de Gaulle (Yvonne et ses enfants) embarquera le 17 juin à Brest, sur le dernier bateau quittant légalement la France pour l'Angleterre.

Le jour même, il obtient de Churchill l'autorisation de s'adresser le lendemain aux Français par la BBC.

De Gaulle voit afficher dans tout les kiosques français en éditions spéciales :
"France surrenders", la France a capitulé.

Le 18 juin 1940, vers vingt heures, devant les micros de la BBC, Charles de Gaulle lance un appel solennel à la poursuite des combats et proclame que la "Flamme de la Résistance Française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas".

Dès lors, le gouvernement de Vichy déclare de Gaulle hors-la-loi.
Quant à Churchill, il le reconnaît "chef des Français libres".

De Gaulle se donne deux priorités :

- construire un début d'organisation et transformer cette reconnaissance de fait en reconnaissance de droit. Bref, faire en sorte que les premiers Français libres n'incarnent pas une légion de combattants au service de l'Angleterre, mais l'embryon d'une organisation appelée, le jour venu, à incarner la légitimité française.
La France libre n'a pas encore d'armée, de Gaulle la constitue avec des inconnus et des aventuriers.

René Cassin établit le statut des Forces Françaises Libres (FFL).

Condamné à mort par le tribunal de Clermont-Ferrand le 2 Août 1940, matériellement et politiquement isolé, le Général est pourtant de moins en moins seul.

De Gaulle connaît une grave défaite avec les FFL et les Britanniques face aux canons des troupes de Vichy à Dakar.
Le Général est discrédité aux yeux de Franklin Roosevelt.

Cependant, en cet été 1940, l'ensemble de l'Afrique équatoriale et les comptoirs français de l'Inde se rallient à Charles de Gaulle.

En septembre 1941, le Général crée le Comité National Français, qui deviendra le Comité National de Libération le 3 juin 1943.
Le but :
que tous les Français, quelles que soient leurs différences, s'unissent dans la Résistance.
Seul représentant de la France au combat vis-à-vis des alliés, de Gaulle s'impose aussi comme maître incontesté des Forces de la Résistance Intérieure.

En fin d'année 1941, il fait venir à Londres Jean Moulin,

un préfet révoqué par Vichy, en raison de ses convictions républicaines.

Il lui prescrit de rassembler sous son autorité les forces disséminées de la Résistance.
Mais Jean Moulin ne pourra accomplir complètement son désir d'union.

Trahi et arrêté par la Gestapo, il meurt suite à ses blessures, le 8 juillet 1943, ayant subi la torture des hommes de la Gestapo.

Charles de Gaulle y laisse un ami, l'artisan et le numéro deux de la Résistance car, c’est avec l’action de Jean Moulin, homme de foi et de calcul, ne doutant de rien mais se défiant de tout que Charles de Gaulle a pu organiser une résistance sans faille, faite de tous les mouvements de combats.

Ainsi, le CNR, qui a été réuni à Paris sur ordre du Général et sous la Présidence de Jean Moulin, reconnaît de Gaulle pour chef, en vue de la Libération. Désormais, la légitimité du chef de la France Libre n'est plus contestée par les Alliés, malgré les tensions entre lui et Churchill.

Le 3 juin 1944, de Gaulle devient le président du Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF).

Le 6 juin 1944, le débarquement allié en Normandie est déclenché.

Cinq jours plus tard, le Général débarque à Courseulles-sur-Mer, où l'accueil d'une foule enthousiaste prend valeur de plébiscite.
Le 25 Août 1944, Charles de Gaulle entre dans Paris à seize heures par la porte d'Orléans où il est accueilli par le général Leclerc (1902-1947) qui vient d'obtenir la capitulation du général allemand von Choltitz.

L'homme du 18 juin avait demandé à Leclerc, quelques jours plus tôt, à Rambouillet :
"Libérer Paris avec une division blindée, nul chef n'a jamais eu une chance plus grande, mais nul ne l'a mieux méritée !" ; il le dit à son "noble compagnon."

Le 26 Août, de Gaulle descend les Champs-Élysées entouré des chefs survivants de la Résistance intérieure
et est acclamé par un million de Parisiens en liesse.

Ils découvrent la voix sans visage de la BBC.

C'est à trois heures de l'après-midi qu'il entame sa descente. Il forme, le 8 septembre, son premier gouvernement en métropole, que les Alliés tarderont à reconnaître.

Il lui reste à accomplir trois tâches urgentes :
- achever la libération du territoire, effective en février 1945 ;
- assurer une place de premier plan à la France dans les négociations de paix ;
- rétablir la légalité républicaine qui servira de base à la reconstruction.

1945 est loin d'être une année d'insouciance.

Certes, l'Allemagne vient de signer la capitulation.
A Reims d'abord, le 7 mai, et à Berlin, le 8. Mais la France n'a pas été invitée à l'ouverture de la Conférence des Vainqueurs à Yalta, et de Gaulle s'en affecte assez pour refuser la proposition que lui fait Franklin Roosevelt d'une rencontre à Alger.

Si la carte du monde de demain veut se faire sans lui, il obtient néanmoins par Churchill que la France soit membre de droit du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies (ONU).

En France, les signaux politiques ne donnent guère d'optimisme.
Libérateur du territoire, chef de l'exécutif, de Gaulle se heurte au système des partis, qu'il a contribué à ranimer en 1943 après l'échec de la création d'un grand parti de la Résistance.

Après le référendum du 21 octobre 1945 approuvant le projet de Constitution qu'il appuie, de Gaulle doit surmonter une grave crise politique au sein du gouvernement "tripartite".

Certes, la consultation du peuple comportait deux questions :

"Voulez-vous que l'Assemblée élue ce jour soit constituante ?" et
"S'il y a une majorité de oui à la première question, approuvez-vous l'organisation provisoire des pouvoirs publics organisée par le gouvernement ?",
celle-ci n'en est pas moins une réussite (96 % de "oui" à la première, 66 % à la deuxième) ce qui crée des hostilités.

Dès le 15 novembre, Maurice Thorez du Parti Communiste exige, en tant que premier parti de France, obtenir l'un des trois ministres clés, à savoir, la Défense nationale, l'Intérieur ou les Affaires Étrangères.

De Gaulle refuse et le PC renonce à ses exigences après que le Général menace d'en appeler le peuple.

Pourtant, une nouvelle crise au sein du gouvernement se produit.
L'homme du 18 juin est convaincu de l'impossibilité de faire coexister "régime des partis" et "intérêts de la Nation".

Aussi, de Gaulle annonce brusquement le 20 janvier 1946, sa décision de se retirer.

Après être resté quelques mois à l'écart de la vie politique, de Gaulle fait sa rentrée lors de son discours de Bayeux, en juin 1946, au cours duquel il expose dans un discours programme les grandes lignes de son projet de Constitution, préfiguration de celui de 1958, s'opposant au projet adopté en octobre 1946 lors de la fondation de la IVe République.

En effet, Charles de Gaulle est un adversaire résolu du "régime des partis".
En avril 1947, il annonce à Strasbourg la création du Rassemblement du Peuple Français (RPF), dont le courant conservateur devient vite dominant.

Charles de Gaulle mesure 1m92, avec de grands pieds, de grandes mains, et un grand nez.
La taille lui vaut d'être surnommé à Saint-Cyr "la grande asperge", "le dindon", le "saut-en-hauteur", "double mètre".

Son allure gauche se transformera avec l'âge et deviendra majestueuse.
Sa taille influence son comportement :
ainsi, ses examinateurs à l'École de Guerre lui reprochent-ils de "le prendre de haut".

Au moral, un caractère solitaire et impérieux, une nature passionnée, impitoyablement disciplinée.

Il y a en lui deux personnages :
- l'homme privé et
- l'homme public (dont il parle de lui-même à la 3e personne en disant "de Gaulle").

L'homme privé est capable de bonhomie, gai, appréciant les plaisanteries même triviales.
Les goûts sont simples. Il aime les promenades à pied dans la campagne, les réunions de famille, la cuisine bourgeoise
(pot-au-feu, potée lorraine, bœuf bourguignon et un fromage du Nord, la mimolette).
Il lit beaucoup (Samain, Bergson, Valéry, Maurras, Flaubert, Racine...) mais son livre préféré est Les mémoires d'Outre-Tombe.

Doué d'une mémoire prodigieuse, il peut réciter des passages entiers de classique par cœur, mais il écrit lentement, et avec difficulté.
Dès l'enfance, il témoigne d'un très mauvais caractère, détestant perdre au jeu (plus tard, il trouvera difficilement des partenaires au bridge).

Le 7 avril 1947 à Strasbourg, Charles de Gaulle déclare officiellement la naissance du Rassemblement du Peuple Français (RPF) :
une entreprise de mobilisation nationale, une nouvelle Résistance.
Trois semaines après sa création, le 1er mai 1947, le RPF annonce 810 000 demandes d'adhésion, le 5 octobre 1947, il compte 1 500 000 membres.

Les 19 et 26 octobre de la même année, le RPF remporte un large succès aux élections municipales.
Dans les communes de plus de 9000 habitants, les listes qu'il a présentées ou patronnées obtiennent près de 40 % des suffrages exprimés.

Sur quatre-vingt-douze chefs-lieux de départements, cinquante-deux ont selon le Général de Gaulle, un maire élu sous le signe du RPF.
Mais cet élan ne dure pas.

Dès 1948, en dépit d'une certaine instabilité gouvernementale, le RPF tourne à vide.
Suite aux élections sénatoriales de novembre 1948 et aux cantonales de mars 1949, qui apportent des succès appréciables, mais d'une portée limitée, le RPF en est réduit à miser sur les élections générales de 1951 pour accéder légalement au pouvoir.

Les élections, qui se déroulent selon le système des apparentements refusé par de Gaulle, se traduisent par un score peu élevé pour le RPF : 21,7 % des suffrages exprimés. C'est néanmoins le groupe le plus important de la nouvelle Assemblée Nationale.

Les élections municipales d'avril 1953 se révèlent, en revanche, comme un désastre pour le RPF qui perd la moitié de ses sièges.
De Gaulle en tire les conséquences :

"Voici venir la faillite des illusions. Il faut préparer le recours".
La fin du Rassemblement parlementaire a sonné :
le groupe se scinde en Républicains sociaux et Union des républicains d'action sociale.

Après la fin du RPF, commence alors pour Charles de Gaulle, selon l'expression d'André Malraux,
"la traversée du désert".

Retiré à Colombey-les-Deux-Églises, de Gaulle voyage
(Afrique et Océan Indien, 1953 ; Océan Pacifique et Sahara, 1957) et publie ses Mémoires de guerre (1954).

L'année 1958 donne fin à la IVe République.

L'instabilité ministérielle dont souffre le régime et la gravité du problème algérien réclament des solutions claires et urgentes.

Au printemps, les appels adressés au Général se multiplient, et une antenne algéroise, du ministre de la Défense Nationale,
Jacques Chaban-Delmas, travaille à préparer son retour au pouvoir.

Le 13 mai, alors que Pierre Pflimlin vient de former un gouvernement, éclate à Alger un soulèvement pour la sauvegarde de l'Algérie française.

Deux jours plus tard, de Gaulle déclare qu'il est "prêt à assumer les pouvoirs de la République".

Le Président René Coty débloque une situation tendue à l'extrême en invitant, le 29 mai, le Général de Gaulle à former un gouvernement doté des pleins pouvoirs pour entamer une révision constitutionnelle et trouver une issue à la guerre d'Algérie.

Le 1er juin, la Chambre des députés lui accorde sa confiance par 329 voix contre 224.
A l'été 1958, une Constitution est rédigée, que 80 % des Français approuvent par référendum.

Charles de Gaulle devient officiellement chef de l'État le 8 janvier 1959. Il vient de fonder la Ve République.

Les années qui s'annoncent seront celles de l'indépendance algérienne, de la décolonisation et de la modernisation de la France.
L'Algérie d'abord, sollicite l'énergie du chef de l' Etat, qui adopte une ligne pragmatique évoluant par adaptations successives aux circonstances.

Après l'appel du 4 juin 1958, où le général prononce devant la foule algéroise le célèbre "Je vous ai compris !",

de Gaulle opte en 1959 pour une pacification, base de l'autodétermination des Algériens, que refusent les partisans de
l'Algérie française.

Les insurrections de janvier 1960 et d'avril 1961, appuyées par l'Organisation Armée Secrète (OAS), ne parviennent néanmoins pas à enrayer l'autodétermination, dont le droit est reconnu aux Algériens par les accords d'Evian signés le 18 mars 1962, grâce aux négociations menées par Georges Pompidou, alors directeur de cabinet du Général de Gaulle, et Louis Joxe, ministre des Affaires algériennes.

Le 3 juillet 1962, Charles de Gaulle reconnaît l'indépendance de l'Algérie.

Mais, le 22 Août 1962, il est victime d'un attentat perpétré au Petit-Clamart, à proximité de l'aéroport de Villacoublay, où il échappe de peu à la mort.

La voiture présidentielle est mitraillée tandis que Francis Marroux, son chauffeur, se trouve au volant. Cette action de l'OAS témoigne, au lendemain de la signature des accords d'Evian, de l'état d'esprit des partisans de l'Algérie française qui n'ont pas accepté l'indépendance algérienne.

Dès 1956, Charles de Gaulle a compris que la France ne peut plus conserver "l'Empire", et il entame une politique de décolonisation qui passe par l'instauration d'une communauté franco-africaine (1958 et 1960) au sein de laquelle l'indépendance des États membres est reconnue.

L'après-guerre est dominée par l'hégémonie des deux blocs Est - Ouest.

La France est devenue une puissance moyenne pour laquelle le Général conserve encore des ambitions.
Fidèle à l'idée d'État-Nation, de Gaulle détermine sa politique internationale en fonction des principes de souveraineté et d'indépendance qu'il veut garder à la France.

Partisan du maintien de l'Alliance Atlantique, conclue en 1949, de Gaulle refuse clairement la position subalterne qu'entraîne le "dispositif intégré" des forces militaires de l'OTAN (Organisation du Traité de l'Atlantique du Nord) en Europe.

La mise au point de l'arme nucléaire, opérationnelle en 1968, lui apparaît comme l'instrument indispensable de l'indépendance nationale.

Quant à l'Europe, dont les accords de Rome, signés en 1957, ont jeté les fondations, de Gaulle l'observe avec circonspection.
Tout en souhaitant sa construction, il rejette fermement l'option supranationale que semble vouloir lui insuffler l'axe anglo-américain.

C'est donc logiquement qu'il oppose son veto à la candidature anglaise, et tente de développer avec le chancelier Konrad Adenauer un axe Paris-Bonn qui s'effritera en 1963, surclassé par la déclaration de John Kennedy en Allemagne :
"Ich bin ein Berliner".

Refusant l'esprit de Yalta, de Gaulle tente d'établir des liens directs avec l'URSS et ses pays satellites (Pologne, Roumanie et Tchécoslovaquie) qu'il visite en 1967 et 1968, et auxquels il adresse un message d'indépendance.

Cette stratégie d'opposition à Yalta le conduit à la reconnaissance de la Chine populaire (1964), au défi lancé à la politique indochinoise des Américains (1967).

Franchissant un pas supplémentaire dans la logique d'éclatement des blocs qu'il poursuit, de Gaulle défend l'indépendance nationale des pays où s'affirme la prépondérance économique et politique américaine, lors de son voyage au Mexique et en Amérique latine (1964) puis au Québec ("Vive le Québec libre !", 1967).

1er tour du scrutin :
Il a plu ce jour-là, sur toute la France, mais les records de participation du référendum de 1958 et des élections du Front Populaire ont été battus.

En effet, le 28 octobre 1962, le référendum sur l'élection présidentielle est adopté par 61,75 % des suffrages exprimés.

Pour cette première élection au suffrage universel, il n'y a eu que 15,2 % d'abstentions, 0,8 % de bulletins blancs ou nuls. Mitterrand est en tête dans 20 départements (6 du centre, 14 du Sud-Ouest et du Midi méditerranéen), dans 37 des 80 communes de la Seine, dans 90 villes importantes.

D'après les sondages, il aurait recueilli 87 % des voix communistes, 55 % des voix socialistes et radicales, 6 % des voix MRP.

2nd tour de scrutin :
la proportion des abstentions (15,6 %) est comparable à celle du 1er tour.
Celle des bulletins nuls ou blancs est un peu plus élevé (2,3 %=). Les villes, les éléments catholiques, les femmes de plus de 35 ans ont, en général, voté pour de Gaulle ; les campagnes, les hommes, les jeunes ont préféré en majorité Mitterrand.

Mais en France, l'usure du pouvoir semble marquer le deuxième septennat du général de Gaulle.

Les déclarations et les prises de position du chef de l'État à propos du Québec ou du conflit israélo-arabe notamment, effrite la confiance de l'opinion.

En 1965, lors de la première élection au suffrage universel, il est réélu, mais au second tour, avec seulement dix points d'avance sur François Mitterrand.

L'exercice solitaire du pouvoir est dénoncé, à droite comme à gauche.
Et l'opposition conduite par François Mitterrand, a le vent en poupe.

Le pouvoir de De Gaulle s'érode. Minijupe et bikini : la société change.

De Gaulle, né dans le siècle précédent, semble de plus en plus archaïque.
Au mois de mai 1968, éclate la révolte de la jeunesse française, écho inédit et violent des aspirations et de la crise sociale
qui traduisent, outre l'essoufflement d'un régime, l'ébranlement profond du corps social.

"De Gaulle ne comprend pas et dénonce la "chienlit".

Le 30 mai, après une fuite éclair à Baden-Baden en Allemagne, le Général annonce la dissolution de l'Assemblée.

C'est Georges Pompidou qui met fin à l'agitation sociale en signant les accords de Grenelle avec les syndicats.

Dans la foulée, le Général de Gaulle obtient un raz-de-marée en sa faveur aux élections législative de juin 1968.

Mais c'est déjà la fin de l'ère gaulliste.

Prétextant une réforme régionale et une réforme constitutionnelle, de Gaulle pense retrouver une légitimité en proposant un référendum aux Français.

Valéry Giscard d'Estaing, dénonçant "l'exercice solitaire du pouvoir", annonce qu'il votera non.

Georges Pompidou, qui a été remplacé au poste de Premier Ministre par Maurice Couve de Murville, se déclare candidat à la succession du général en cas de démission.

Le 27 avril 1969, Charles de Gaulle recueille près de 53 % de "non".

Le lendemain, à 0 h 10, par un communiqué diffusé à l'AFP, de Gaulle annonce
"Je cesse d'exercer mes fonctions de Président de la République".

Pompidou lui succède.

De Gaulle espérait vivre jusqu'à 85 ans environ (c'est-à-dire jusqu'en 1975), ayant calculé qu'il aurait achevé ses Mémoires d'espoir.

En août 1970, le plan du dernier tome est établi, et 2 chapitres sur 8 sont rédigés.
Le 2 novembre, on fête la Saint-Charles
(en avance de deux jours pour lui permettre de profiter de la présence de ses petits-enfants).

Le lundi 9, il se promène malgré le mauvais temps, et travaille à son livre.
A 19 h 10, alors qu'assis à sa table de bridge, il fait une réussite selon ses habitudes, il est saisi d'un malaise à la suite d'une rupture d'anévrisme, et perd connaissance.

A 19 h 15, lorsque le curé, convoqué avec le médecin, lui administre l'extrême-onction, il respire encore mais il est dans le coma.

Il s'éteint à 19 h 30, étendu sur un matelas dans le salon.

La famille ne fait diffuser la nouvelle que le lendemain matin, pour retarder l'afflux de visiteurs à Colombey, sa résidence.

Le 10 novembre, à 13 h 00, dans une brève allocution radiotélévisée, Pompidou, nouveau président de la République,
annonce officiellement la mort du Général :
"La France est veuve".

De Gaulle avait réglé ses obsèques dans un testament daté du 16 janvier 1952, établi en trois exemplaires remis,
l'un à Georges Pompidou, le 2ème et le 3e à ses enfants Philippe et Elisabeth.

Dedans, il souhaite que les obsèques soient très simples, aucun discours, aucune autre inscription que
"Charles de Gaulle 1890....",
que sa tombe soit celle où repose déjà sa fille Anne et où un jour reposera sa femme,
tout ceci à Colombey-les-Deux-Églises.

Une cérémonie officielle aura lieu à Notre-Dame de Paris, à 11 heures, en présence de nombreux chefs d'Etat,
le jeudi 12 novembre 1970, ce jour décrété jour de deuil national.


Source : www.histoire59.info/.../.histoire59.info/degaulle/bio2.htm



Autre source de recoupement :

Charles de Gaulle (1890-1970)Général et homme politique français (1890-1970),
Charles de Gaulle est le premier à avoir prôné la nécessité pour la France de disposer d'un corps de bataille de blindés.

Animateur de la Résistance française pendant la Seconde Guerre Mondiale, il est le père fondateur de la Vème république,
celle-ci se caractérisant notamment par l'élection du président au suffrage universel.

Charles de Gaulle est né à Lille le 22 novembre 1890 dans une famille catholique et patriote.

Il passe son enfance à Paris, fait ses études chez les Jésuites et opte très tôt pour la carrière des armes.

Il est reçu en 1908 à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr.

Après quatre années d'études il est nommé à Arras en 1912 comme sous-lieutenant.

Durant la Première Guerre mondiale il est blessé trois fois au combat, est laissé pour mort lors de la bataille de Douaumont (1916). Fait prisonnier par les Allemands il tente à cinq reprises de s'évader, mais il est chaque fois repris. Il ne sera libéré qu'à l'Armistice, le 11 novembre 1918.

Poursuivant sa carrière militaire, le capitaine De Gaulle est envoyé en mission dans plusieurs pays (Pologne, Liban).

Durant l'entre-deux-guerres il publie plusieurs ouvrages dans lesquels il critique la politique française de Défense :

il soutient en particulier que l'armée doit être soumise aux décisions des hommes politiques et qu'il est nécessaire, pour la défense de la France, de constituer un corps de blindés susceptibles de faire face à la puissance mécanisée allemande.

Parallèlement il commence à s'initier aux affaires de l'Etat :

en 1931 il est en effet affecté au secrétariat général de la Défense nationale à Paris. Colonel en 1937, de Gaulle se voit confier le commandement du 507e régiment de chars à Metz.

Lors de la déclaration de guerre de la France et de l'Angleterre à l'Allemagne le 3 septembre 1939, il est nommé commandant par intérim des chars de la 5e Armée.

Au moment de l'invasion allemande de Gaulle s'illustre à plusieurs reprises à la tête de son unité, arrêtant notamment les Allemands à Abbeville (27-30 mai 1940).

Nommé général le 1er juin 1940, de Gaulle devient quelques jours plus tard sous-secrétaire d'État à la Défense nationale et à la Guerre, dans le gouvernement de Paul reynaud.

Le 17 juin de Gaulle part pour Londres afin de poursuivre la guerre ; il lance un appel à la résistance sur les ondes de la BBC, le 18 juin. Général rebelle, il est condamné à mort par contumace en août.

Reconnu par Churchill " chef des Français libres ", de Gaulle organise des forces armées qui deviendront les Forces françaises libres.

Par ailleurs, il dote la France libre d'une sorte de gouvernement en exil, le Comité national français, qui deviendra le Comité français de la Libération nationale (CFLN) le 3 juin 1943, après son arrivée à Alger.

A partir de 1942, De Gaulle charge Jean Moulin d'organiser en France le Comité national de la Résistance (CNR) dans lequel toutes les tendances des partis politiques, des syndicats et des mouvements de résistance doivent être représentées, afin de coordonner la lutte.

Après le débarquement en Normandie, le 6 juin 1944, de Gaulle insiste auprès du général Eisenhower, commandant en chef des armées alliées, pour que Paris soit libéré rapidement, alors que la stratégie prévoyait d'aller directement vers l'est sans passer par la capitale. Finalement la 2e DB du général Leclerc libère Paris le 25 août.



Une fois les combats terminés, de Gaulle entreprend, à la tête du gouvernement provisoire, de reconstruire le pays.

Il prend plusieurs mesures importantes (création de la Sécurité sociale).

Mais, le 20 janvier 1946, il quitte le pouvoir, car il est en désaccord avec le rôle joué par les partis politiques.

La Constitution de la IVe République, adoptée peu après, le mécontente profondément. Il la critique à plusieurs reprises (discours de Bayeux, juin 1946), lui reprochant la faiblesse du pouvoir exécutif.

Dès lors, de Gaulle entre dans l'opposition. En 1947, il lance un mouvement, le Rassemblement du peuple français (RPF), qui malgré de nombreuses adhésions, connaît un déclin lors des scrutins suivants. Commence alors, pour plusieurs années, « la traversée du désert » : de Gaulle se retire à Colombey-les-Deux-Églises, rédige ses mémoires et voyage.

La France est confrontée depuis 1954 à une guerre de décolonisation en Algérie.

Le 13 mai 1958, les Français d'Algérie lancent une insurrection à Alger pour affirmer leurs positions.
Ils appellent de Gaulle au pouvoir.

Le président de la République française, René Coty, craignant que cette crise dégénère en guerre civile, propose à de Gaulle de devenir président du Conseil.

De Gaulle n'accepte de revenir au pouvoir que s'il peut modifier les institutions. Pendant l'été 1958, il inspire la rédaction d'une nouvelle Constitution : celle-ci est approuvée lors d'un référendum le 28 septembre 1958 par près de 80 % des Français. La Ve République est née. Le 21 décembre 1958, Charles de Gaulle est élu président de la République française au suffrage universel indirect.

La tâche la plus urgente concerne l'Algérie.

De Gaulle propose en 1959 l'autodétermination aux Algériens et organise en 1961 un référendum sur ce thème :
75% des Français disent " oui " à l'autodétermination de l'Algérie.

Les partisans de l'Algérie française, mécontents, tentent en avril 1961 à Alger un putsch qui échoue. Les négociations entre Français et Algériens finissent par aboutir aux accords d'Evian, signés le 22 mars 1962, acceptés par référendum en France et en Algérie.

L'année 1962 marque un véritable tournant,
tout d'abord sur le plan institutionnel :

le Général propose l'élection du chef de l'État au suffrage universel. Cette réforme suscite une vive opposition, mais le référendum sur la révision constitutionnelle, avec 62,2 % de « oui », est un succès.

En 1965, l'élection présidentielle au suffrage universel direct est mise en pratique pour la première fois.
Mis en ballottage au premier tour (avec 43,7% des voix), de Gaulle est finalement élu au second tour face à Mitterrand, avec 54,8% des voix.

Vis-à-vis de l'étranger, de Gaulle mène une politique d'indépendance nationale, en dotant la France de ses propres moyens de défense :
la première bombe atomique française éclate à Reggane au Sahara en février 1960. De Gaulle refuse la tutelle des Etats-Unis et retire en 1966 la France du système intégré de l'OTAN

- mais la France reste membre de l'Alliance atlantique.

Dans le même temps, la France entre dans la Communauté économique européenne (CEE) le 1er janvier 1959.

Le pays est confronté à une crise très importante en mai 1968. Les étudiants organisent de vastes manifestations, rejoints par les ouvriers qui déclenchent une grève générale. De Gaulle réussit à apaiser la situation en accordant certains avantages aux ouvriers.

Le 27 avril 1969, il soumet aux Français un projet sur la régionalisation et la réforme du sénat. Sa proposition est rejetée par référendum par 52,4% des voix. Désapprouvé par les Français, il estime n'avoir plus leur confiance et préfère démissionner.

Charles de Gaulle se retire à Colombey-les-Deux-Églises et poursuit l'écriture de ses Mémoires ;

il meurt le 9 novembre 1970.

Conformément à son testament, de Gaulle ne reçoit pas de funérailles nationales. Il est enterré auprès de sa fille Anne, avec une simple inscription sur sa tombe, « Charles de Gaulle 1890-1970 ».


Source : MINDEF/SGA/DMPA Photos Service historique de l'armée de terre

Les lieux à découvrir sur le sujet :

Le Mont-Valérien, Haut lieu de la mémoire nationale (92)
Le mémorial, la clairière des fusillés, la chapelle, le monument aux fusillés, les haut-reliefs du Mont-Valérien...
Mémorial Charles de Gaulle, Colombey les deux églises (52)
Mémorial Charles de Gaulle inauguré le 18 juin 1972 par le président Georges Pompidou.
Maison natale de Charles de Gaulle, Lille (59)
Le Musée Charles de Gaulle à Lille, propose au public, la visite de la Maison Natale avec son décor et son mobilier restitué...


Revenir en haut Aller en bas
http://www.solidarichti.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charles de Gaulle   

Revenir en haut Aller en bas
 

Charles de Gaulle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
QUE DU BONHEUR  :: Petite liste non exhaustive des personnalités du Nord-Pas-de-Calais
recensement des personnes célèbres originaires de la région ou y ayant vécu
 :: Militaires de carrière.
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit